Newsletter mai 2017

La lettre d'information du Programme de coopération transfrontalière - Interreg France-Suisse - Mai 2017

 
 
1. Instantané du programme Interreg France-Suisse après 2 ans de mise en oeuvre

Un avancement dynamique 
Programme de coopération entre un pays membre et un pays non-membre de l'Union européenne, Interreg France-Suisse soutient des projets transfrontaliers dans l'Arc jurassien et le bassin lémanique. Doté de près de 66 M€ du Fonds européen de développement régional (FEDER) en France et de 50 MCHF de financements fédéraux et cantonaux en Suisse, le programme, a déjà attribué, depuis octobre 2015, plus d'un quart de son enveloppe de chaque côté de la frontière.
47 projets et des thématiques diversifiées
A ce jour, plus de 40 % des projets validés concernent la recherche et l'innovation. Les partenaires développent des actions de transfert de connaissances entre les acteurs de l'innovation. Des prototypes sont mis au point majoritairement dans le domaine du biomédical mais aussi de l'énergie renouvelable ou encore des microsystèmes.
Le développement des services à la population et aux entreprises est largement soutenu afin de stimuler l'activité économique de proximité. Qu'il s'agisse du tourisme, du médico-social, du co-working, les réseaux locaux ainsi créés mettent en place des offres de services qui contribuent à effacer progressivement l'effet de la coupure de la frontière.
Le programme Interreg France-Suisse soutient également la valorisation du patrimoine naturel et culturel. Des itinéraires thématiques autour du sel ou du paysage lacustre sont par exemple développés pour améliorer la visibilité touristique des régions. La question de la gestion commune des ressources naturelles est aussi abordée sous l'angle notamment de la qualité de l'air à l'échelle d'une agglomération ou de la qualité de l'eau des rives du Léman.
La mobilité et l'aménagement du territoire sont des thématiques encore peu représentées dans le panel des projets financés. Plusieurs actions sont néanmoins soutenues afin de donner aux collectivités publiques des clés d'action pour mieux organiser, ensemble, l'espace transfrontalier.
 
Une multitude d'acteurs impliqués
Plus de 200 structures participent, en France et en Suisse, aux projets soutenus. La moitié est issue du secteur privé avec notamment une soixantaine d'entreprises. L'ancrage territorial de ces structures est inégal sur le territoire éligible au programme, toutefois divers acteurs locaux sont mobilisés : établissements d'enseignement supérieur et de recherche, associations, collectivités publiques.
 
Des perspectives fructueuses
Une réelle dynamique de projets se dessine pour le programme Interreg France-Suisse avec une quinzaine de nouveaux projets en cours d'instruction pour le comité de suivi de juin 2017. Pour les prochaines échéances, reportez-vous à l'article 5 ci-après.
 

2. Trois questions posées à Mme DUBY-MULLER, vice-président Coopération Transfrontaière et Affaires Européenne du département de Haute-Savoie, partenaire institutionnel du programme
 
 
Comment le conseil départemental accompagne-t-il le montage et le suivi des projets ?
Le département de la Haute-Savoie intervient en matière d'accompagnement des porteurs de projets européens qu'ils soient transfrontaliers ou régionaux. C'est le service des affaires régionales, européennes et de la coopération transfrontalière, composé d'une dizaine d'agents, qui assure l'accompagnement et le suivi des porteurs de projets européens. Concrètement, le département accompagne les porteurs dans toutes les phases du montage et de la réalisation des projets, notamment pour la recherche de partenaires et la mise en réseau. De plus, le département cofinance de nombreux projets dès lors qu'ils s'inscrivent dans le champ des politiques départementales (espaces naturels sensibles, plan tourisme, etc...). Enfin, plus généralement, le département de la Haute-Savoie a un rôle important en matière de sensibilisation aux fonds européens par l'organisation régulière de réunions d'information et par l'animation du réseau Europe local.
 
Quels conseils donnez-vous aux porteurs de projet pour réussir un partenariat franco-suisse ?
Il ne faut pas négliger la phase de montage du projet, qui nécessite en général plus de 6 mois de préparation. Il est conseillé aux porteurs de projet de se rapprocher, très en amont, des services en charge des affaires européennes de leur territoire et des secrétariats conjoints du programme afin qu'ils bénéficient de leur expertise et de leurs conseils. Il faut aussi être conscient que bien que nous parlions la même langue entre la France et la Suisse romande, il existe parfois des organisations et des habitudes de travail différentes. Il est donc nécessaire de prendre le temps de se connaître en amont afin que le projet se déroule sereinement. Il faut aussi s'assurer que la volonté de réaliser le projet est aussi forte d'un côté de la frontière que de l'autre. La plus-value transfrontalière dans les actions projetées doit aussi être réelle et évidente. Il ne s'agit pas de compiler 2 projets indépendants mais bien de co-construire une stratégie et des actions avec les partenaires.
 
Avec 28 % des bénéficiaires du FEDER du programme, la Haute-Savoie est l'un des territoires les plus dynamiques. Comment l'expliquez-vous ?
Il y a une culture ancienne de la coopération en Haute-Savoie. De part notre histoire et les enjeux actuels transfrontaliers, nous sommes habitués à regarder au-delà des frontières, que ce soit vers la Suisse ou l'Italie. Nous avons également la chance en Haute-Savoie d'avoir une multitude d'acteurs dynamiques dans tous les domaines couverts par le programme : la recherche, l'innovation, la culture, l'environnement ou les transports par exemple. De plus, je suis convaincue que la politique d'accompagnement du département de la Haute-Savoie a un réel effet levier auprès des porteurs. Enfin, il ne faut pas oublier les instances de coopération transfrontalières du bassin lémanique parallèles au programme Interreg, comme le Conseil du Léman, qui permettent d'amorcer des dynamiques d'échanges qui peuvent faire émerger par la suite des projets Interreg France-Suisse.
 
 
3. Zoom sur le projet "Carte avantages jeunes" avec Sandra Vauchy, chargée de projet, en Suisse, République et canton du Jura
   
Comment est né le projet ?
Le projet d'une carte avantages jeunes transfrontalière est née des contacts existants entre le Centre Régional d'Information et de la Jeunesse (CRIJ) et le service de la coopération de la République et Canton du Jura. Ces échanges ont permis de mettre en lumière le besoin de pouvoir tirer profit des acquis et des offres du territoire voisin dans les domaines aussi divers que la formation, les loisirs, l'éducation, la culture. C'est ainsi qu'est né ce projet qui cherche à capitaliser les expériences réussies de chaque territoire au profit d'un meilleur service rendu aux jeunes du Jura, du Jura bernois et de Franche-Comté, avec pour objectifs de stimuler la découverte et développer la connaisance du patrimoine de chaque territoire tout en favorisant l'accès des jeunes à la culture, aux sports et aux loisirs et encourager la mobilité transfrontalière, les contacts et les échanges mutuels dans le but de favoriser le "vivre-ensemble" sur la frontière. 
 
Le partenariat a évolué ces derniers temps et de nouveaux territoires sont impliqués dans la démarche. Comment se passe la coordination ?
Après une 1ère phase, le projet s'agrandit en s'étendant au canton du Neuchâtel, côté Suisse et à terme à la grande région Bourgogne-Franche-Comté, côté France. De ce fait, la communication inclut un plus grand nombre d'acteurs. Dans ce cadre, des séances "Interreg" sont proposées régulièrement entre tous ces acteurs afin de définir les actions à mener, de répartir les tâches et d'assurer la planification et le suivi des actions du projet.
A l'interne, côté Suisse, un organigramme a été créé dès le début afin de définir le rôle et les tâches de chacun, en ce qui concerne plus spécifiquement le développement de cette nouvelle édition sur les cantons de Berne, du Jura et  de Neuchâtel. Des rencontres sont également organisées régulièrement pour assurer le suivi du développement, donner la direction polititque de cette édition et faire appliquer les décisions prises.
 
Comment les entreprises locales profitent-elles de ce projet ?
La carte avantages jeunes, avec son site Internet, son application smartphone et ses espaces internet personnels, est un outil de promotion culturelle et touristique de la zone de coopération. En effet, les avantages, réductions, informations en tout genre et les pages internet d'information permettent de mieux accéder aux territoires, aux biens, aux services, aux informations des régions partenaires et donc participent à mieux faire connaître la culture et les acteurs des lieux respectifs. Dans ce cadre, l'économie du Jura, du Jura bernois, de Neuchâtel et de la Franche-Comté est stimulée. En informant les jeunes, en leur donnant accès à des offres touristiques, des biens et services transfrontaliers, le secteur privé va être amené à se développer et à s'adapter au contexte transfrontalier. Ce projet met donc un coup de projecteur sur les territoires concernés et ses acteurs locaux et d'autres projets transfrontaliers en cours, tels que la réouverture de la ligne Delle-Belfort. En effet, il est important de rapprocher ces 2 projets par des actions ponctuelles ou plus régulières. La ligne Delle-Belfort peut ainsi servir le projet avantages jeunes en facilitant le passage de la frontière aux titulaires qui pourront profiter pleinement des avantages offerts de part et d'autre. A l'inverse, grâce à la carte Avantages Jeunes, l'importance de la ligne Delle-Belfort pourra être mise en lumière auprès du jeune public.
En savoir plus : avantagesjeunes.com

 
4. Zoom sur l'actualité des projets programmés :
 
Une publication présentant l'ensemble des projets programmés sera disponible ce printemps. En attendant, nous vous présentons de découvrir l'actualité de certains projets.
 
Recherche et innovation
Le projet Interreg "RESponSE' répond aux enjeux de santé et de sécurité des services d'intervention incendie en développant des capteurs résistants aux conditions hostiles. La journée officielle de lancement du projet aura lieu le 11 mai 2017 à Neuchâtel à l'Institut de microtechnique de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne en présence de l'ensemble des partenaires : Institut FEMTO-ST de l'université de Bourgogne-Franche-Comté (chef de file de projet côté français), université de technologie de Belfort-Montbéliard, entreprise FRECInIsys et Kizy Tracking. Cette journée sera l'occasion de présenter les grands objectifs du projet et d'organiser des ateliers de travail l'après-midi.
 
Le projet "Communauté du Savoir" développe des collaborations franco-suisses entre les acteurs universitaires de la recherche et de l'innovation. L'une d'elles porte sur la mise en réseau des Fablabs de l'ArcJurassien. Baptisé JurassicLabs, ce réseau s'est réuni le 28 mars 2017 à la Haute Ecole Arc à Neuchâtel en proposant une réflexion sur le lien entre les acteurs de l'univers des Fablabs (makers) et les entrepreneurs d'un territoire.
 
Patrimoine naturel et culturel
 
Le projet "Patrimoine en partage" développe un outil pour valoriser les patrimoines architecturaux historiques, paysagers, immatériels des régions frontalières franco-suisse. Après le lancement du site web en début d'année, des outils numériques sont en cours d'expérimentation auprès d'un réseau d'acteurs du tourisme, du patrimoine et de la culture.
 
 
Le projet "FLORA JURANA" a pour objectif de préserver et de conserver le patrimoine floristique jurassien. Un colloque de présentation du projet se tiend le 29 avril à Porrentruy et réunit les acteurs de la connaissance de la flore sauvage du massif jurassien. Une présentation du jardin botanique est proposée ainsi qu'une sortie sur le terrain avec la visite de la colline du Banné, site remarquable.
 
Le projet "DIPTIC" organise des résidences et des créations artistiques dans le cadre du partenariat entre La Batie - Festival de Genève, Saint Gervais Genève - Le Théâtre et Bonlieu scène nationale d'Annecy. Dans le domaine de la danse, le spectacle "du désir d'horizons", autour de l'exil et des frontières, aura lieu en mai 2017 à Annecy après avoir été créé l'an passé à Genève. Plusieurs représentations sont également prévues à la rentrée 2017 à Genève dont une création autour de la danse hispanique "Romances inciertos, un autre Orlando" ainsi qu'une performance autour des apparences et des dissumulations "Bacchantes - prélude pour une purge". Dans le domaine du théâtre, après une résidence à Genève en avril 2017, la pièce "Manifestement ou Sganarelle et la fille du lac" sera jourée à Annecy début mai 2017 et à Lausanne en juin 2017.
 
Transports, aménagements du territoire
 
Le projet "Enquête ménages bassin Franco-Valdo-Genevois" propose une modélisation du territoire pour améliorer la connaissance du territoire en matière de comportement de mobilité. Pour ce faire, des enquêtes ont été menées durant plusieurs mois et se sont achevées en mars 2017. Les premières analyses seront disponibles avant l'été 2017.
+ d'infos : groupement local de coopération transfrontalière de transports publics, Archamps
transports-publics-transf@espace-lemanique.org
Services
 
Le projet "Transfrontour" met en place un réseau d'excellence des acteurs du tourisme pour fournir un service de coaching afin de les aider dans la diversification de leurs offres. Le lancement du projet a eu lieu le 28 mars 2017 à l'université Savoie Mont Blanc à Chambéry pour présenter les enjeux du projet pour les 4 prochaines années. Autour de l'institut du tourisme de la HES-SO Valais, chef de file du projet en Suisse, la journée a permis de stimuler les échanges d'expériences entre les acteurs politiques du secteur, les professionnels, les enseignants chercheurs et les étudiants.
+ d'infos : hevs.ch et univ-smb.fr
 
Le projet "Autonomie 2020" a pour objectif de faciliter le développement de l'utilisation des outils de gérontechnologie. La conférence de lancement s'est tenue le 23 mars 2017 à Evian-les-Bains, l'occasion pour les acteurs de se rencontrer et d'en apprendre davantage sur les actions autour de la question du maintien des personnes âgées à domicile.
 
 
5. Echéances à retenir du programme
 
 
Pour info, une trentaine de projets sont actuellement en cours d'instruction par les instances du programme. Certains seront présentés au comité de suivi, en charge de la programmation des projets, en juin et d'autres en novembre, en vue d'une éventuelle programmation. Pour la suite, si vous voulez déposer un projet franco-suisse, voici un rappel des étapes et des prochaines échéances : 
 
Pour soumettre un projet franco-suisse émergeant à Interreg France-Suisse, 2 étapes sont nécessaires :
  • le pré-projet : le porteur candidate sous la forme d'une "fiche pré-projet" suivant des échéances semestrielles. Vous avez c jusqu'au 24 novembre 2017, pour déposer fiche pré-projet, 
  • après analyse et validation de la fiche pré-projet, des codes d'accès au logiciel informatique du programme sont attribués pour procéder à la saisie du projet détaillé dans un "formulaire de candidature" très complet, valant "demande de subvention". Les dates de dépôts des dossiers-projets sont également semestrielles. Ces éléments devront être saisi avant le 05 janvier 2018.

Le prochain comité de suivi en charge de la programmation des projets (approbation définitives des candidatures) aura lieu le 07 juin 2018.

 

 
crédits photos : D. Cesbron et L. Guette